1. Lettre de crédit irrévocable. La lettre de crédit irrévocable ne peut être ni modifiée ni annulée sans le consentement des parties. Cet engagement fondamental permet à l’exportateur de préparer la marchandise ou de l’expédier avec l’assurance d’être payé s’il présente les documents requis. Le seul moyen de les annuler ou de les modifier est lorsque toutes les parties impliquées dans l’opération expriment leur consentement à cet effet. Dans le cas où une lettre de crédit n’indique pas si elle est révocable ou irrévocable, elle sera considérée comme irrévocable.
2. Lettre de crédit confirmée La lettre de crédit confirmée offre à l’exportateur une sécurité de paiement absolue, la confirmation d’un crédit irrévocable par une autre banque (banque confirmatrice) par autorisation à la demande de la banque émettrice, constitue un engagement ferme de la banque confirmatrice, en plus de celle de la banque émettrice, à condition que les documents requis aient été présentés à la banque confirmée ou à toute autre banque désignée conformément aux conditions générales du crédit. En général, cela permet à l’exportateur de s’assurer qu’il recevra le paiement d’une banque locale.
3. Lettre de crédit non confirmée La lettre de crédit non confirmée détermine que la banque de l’acheteur doit examiner les documents et procéder au paiement, la banque de l’exportateur agissant uniquement en tant que notifiant. En d’autres termes, cette méthode dispense les banques autres que l’émetteur de tout engagement de paiement envers le bénéficiaire, puisqu’elles se limitent à notifier au bénéficiaire les modalités de l’opération, la seule banque qui s’engage à payer est l’émetteur, mais comme cela est généralement noté, c’est dans un autre pays. Le grand inconvénient de ce type de lettre de crédit est que l’exportateur n’a pas l’obligation absolue et inconditionnelle de la banque notificatrice.
4. Lettre de crédit à vue ou à terme. La lettre de crédit peut prévoir un paiement à vue (immédiat) ou un paiement à une date ultérieure (crédit par lettre de versement).
5. Lettre de crédit avec clause rouge. La lettre de crédit avec une clause rouge permet à l’exportateur d’obtenir des paiements anticipés aux risques et frais de l’acheteur. La banque paiera un pourcentage du montant total du crédit.
6. Lettre de crédit avec clause verte. Elle a la même portée que la clause rouge, sauf qu’aux termes de la lettre de crédit émise avec la clause verte, le paiement anticipé est effectué sur présentation d’une attestation de dépôt ou de mandat, qui garantit la disponibilité de la marchandise (totale ou partielle) à l’importateur (acheteur). Cette clause présente un risque moindre pour l’importateur.
7. Lettre de crédit transférable. La lettre de crédit transférable est celle qui autorise le bénéficiaire à transférer les fonds en tout ou en partie à d’autres bénéficiaires. Normalement, le bénéficiaire du crédit est le vendeur de la marchandise, cependant, par accord entre les parties, le crédit peut être en faveur d’un tiers. Cette modalité est utilisée compte tenu des besoins du trafic commercial international, de la présence d’intermédiaires qui servent de passerelle entre l’acheteur et le vendeur (courtier) et les besoins de financement des entreprises.
8. Stand by lettre de crédit. Ce type de lettre de crédit est utilisé pour garantir le paiement à un créancier, si le débiteur ne respecte pas ses obligations contractuelles, la seule condition pour que le bénéficiaire puisse l’encaisser est qu’il vérifie normalement avec un document certifié par un tiers partie que son débiteur ne l’a pas payé.